fuu

par pun pun, lundi 29 octobre 2018, 23:15 (il y a 17 jours)

comme le temps et l’espace sculpte les falaises sur la mer, c’est parce que la terre et le ciel ne font qu’un à travers un lent mouvement cyclique de la vie vers la mort que des choses naissent et éclatent de ses rencontres, que rien n’est figé, que la mort n’existe pas. Les moisissures… Tous les êtres fermentent, détériorent leur corps, détériorent la lumière, jusqu’à l’explosion primordiale du bang d’un battement de cœur. Et si tu dois exister alors tu dois surgir de tes propres pesanteurs. Revenir au monde cyclique, au monde fermé, pour sentir la durée comme un espace d’infini.

Fil complet :