dedalus

par seyne, lundi 25 juin 2018, 15:38 (il y a 23 jours) En réponse à Khalid EL Morabethi

en écho lointain : un vieux poème










Son père l'a laissée dans la chambre
avec tout ce qu'il faut.
vu d'ici le monde lui paraît maintenant hostile. où est l'oeuf du serpent que le soleil couvait ?
je ne voudrais pas dire que le monde prépare la guerre, mais ici, dans cet endroit fermé et chaud, la lumière et les sons si rares, comme des fétus dans les plinthes ou des voix dans les murs, rien ne lui semble encore possible au dehors.
elle s'allongera dans la lecture, lumière baissant peu à peu jusqu'au soir, jusqu'à la nuit.
C'est une autre partie de moi qui se lèvera et prendra des trains, des bateaux. une autre pour les "études de temps gris" et les yeux rouges des TGV, la saignée des rails dans les abords des villes, ou les vitres humides et salées, presque opaques, des ferrys.
elle me rejoindra sur la grève, enlèvera ses chaussures dans la mer froide de Dùn Laoghaire.
elle et moi dans les dédales, et lui et eux, et la trace que laissent en nous leurs mots.
enfin j'ai appris comment faire, comment être loin et là, marchant et étendue à la fois
comment rejoindre ceux qui murmurent dans le grenier d'Anne Franck.

Fil complet :