tu

par 411, mardi 27 août 2019, 15:26 (il y a 27 jours) En réponse à seyne

C'est intéressant car au début je me suis dit: trop abstrait pour moi ; je suis trop perplexe justement. Çà fait trop flou.
Et puis j'ai goûté à la profondeur de cette phrase: "tu n'a pas de bord". Et puis j'ai continué, et j'ai trouvé le fleuve, le crépuscule gris, la falaise en surplomb... et me suis souvenu que tu écrivais souvent d'après image. Et j'ai vu par-delà la perplexité initiale.

Mais là où ça m'a crevé le coeur c'est cette image de la mère "gabian" qui cherche son petit, son p'tiot. J'étais dans Steinbeck et le chemin de la tortue qu'il décrit dans "Les raisins de la colère"... sur tout un chapitre. J'étais tout contre la réalité.

juste un bémol, le vers

"où marche Invisible/Indivisible"

qui me laisse encore un chouilla trop perplexe.

Merci à toi en tout cas, pour la précision de ton écriture et pour ce mot, gabian, que je ne connaissais pas, et qui m'a touché au plus profond.

Fil complet :