Mains, multitude aux doigts de chlorophylle, épanouies poème de Fabrice Selingant

par le Rouge-gorge, samedi 08 juillet 2017, 22:18 (il y a 75 jours)

Mains, multitude aux doigts de chlorophylle, épanouies
Respiration, souplesse humaine du feuillage
Soie des bras, branches, à la poudre mate de bronze
Amplitude dansée du figuier, lenteur
Au soleil, cultive la parcelle de fraîcheur
Patio, pierres sèches, murs marqués d'usure, pelouse
Pièce d'eau, voix liquide en jet, en pluie
Chaise longues, bois cirés, galbe de cotonnade
L'air s'y installe, siestant les heures creuses
C'est un soupir qui silence ses rêves en secret
Là, y ronfle la lassitude d'un temps
Sourd à la force du feu de la forge
Repose le chant au chœur rassurant.

Fabrice Selingant
[image]

Fil complet :