La nuit et le jour

par Antonin, mardi 13 mars 2018, 07:24 (il y a 154 jours) En réponse à Leslie

Leslie
ma petite reine à moi
attachée au plafond
dans cette hôtel sordide
avec cette boule en caoutchouc dans la gueule
pour mordre à pleine dent
dans la petite enfance
comme une chienne
pour faire salon
étoile de mère
qu’importe les courants
qui nous entrainent
t’es bonne qu’à sucer
ventre plat
ou morne vallée
séquence pour attirer les monstres
je ferais tout le contraire
ma queue absolument partout
pour niveler vous satisfaire
à votre cou
la marque des ceintures
mes sœurs étaient plus belles que moi
alors perdre un peu de sang
ce n'est finalement pas grand chose
c'est vous dans un miroir
c'est vous qui m'infliger tout ça
l'écriture au scalpel
et je l'accepte pour être totalement à vous
délivre moi d'un autre pour être qui je suis
j'aime vraiment ces 2 phrases dans votre corps
[ dégage loin d’ici
revient dans la lumière ]
suce cet homme qui te veut du mal
fais toi les ongles dans la cornée de l’œil
tout le monde te regarde et tout le monde te crache dessus
je t’aime mais je sais pas pourquoi
je t’aime parce qu’avec toi
je ne peux plus haïr les femmes comme avant
je te dis tout de ce que je pense d’elles
monte sur la table / lave mon corps avec ta langue /
pisse-moi dessus toute la tiédeur du monde /
jusqu'à plus soif le cheval est un landau
doux tranchant comme un métal sent la lavande
écarte écarte le monde comme si c’était tes fesses
je sens comme un caillou usé dans ta chaussure
et tu as mal et ça te fais du bien
tu marches pendant des heures
tu marches jusqu’au sang
comme un oiseau blessé
tu dis qu’il te ressemble un peu
tu dis que personne n'est venu le soigner
et l’oiseau meurt dans la bouche pour ne plus jamais parler
et c'est pour ça qu'il faut dompter le mal pour être heureux
chacun sa résistance à l'eau
grâce
j'aimerai faire du vélo avec toi pour voir comment tes cuisses frottent ton sexe immaculé de désir de pente et d'arbre fruitier je te donnerai les plus rouges et les plus mal centrées dans la liqueur de mes joues pour que tu puisses m'embrasser comme la dernière fois contre la porte toute verte de cette maison entre ouverte comme tes bras puissants quand nous faisions l'amour ou l'avion ou l'envie ou la mort ou l'abandon c'est la même chose il faut tuer le père pour être un écrivain maudit sinon tu penches ta tête dans l'eau pour écouter les murs et ça te réveille et ça te remplis et ça te fait pleurer en plein spectacle pendant les rires il faut connaître son corps Leslie pour soigner le corps des gens malades c'est l'amour et lui seul qui donnera la force à tes dents pour m'arracher la langue il n'y avait plus de solution t'aimer te dire des choses dégueulasse à même le sol avec la laisse du chien à ton cou tu dois me laver maintenant tu dois passer ta langue partout j'aimerai jouer avec tes petits seins d'homme tu sais quand l'homme est gros comme un porc je m'imagine laper tes couilles de petite gamine frêle qui suit le rien du tout pour être encore plus forte je sais que nous ne dormirons plus jamais ensemble il est tard il est tôt il est l'heure d'apprendre qu'on a un corps indissociable au reste c'est à dire à détruire tout il est parfois nécessaire d'arrêter d'écrire pour se jeter dans le vide pourquoi tu ne m'as jamais rappelé pourquoi toutes ces questions un peu stupide quand je respire avec ma bouche ta petite culotte bleue tes perles et ta superbe corolle sous le zip quand tu me demandais de t'attacher ma belle putain d'homme inerte et mal rasée

Fil complet :