DELIVRE/Nous tous

par catr @, mercredi 14 mars 2018, 09:22 (il y a 218 jours) En réponse à catr

je parlais de la peur. j'observe la mienne, ses visages, je la reconnais de mieux en mieux, et je la renverse parfois si bien qu'elle se transforme en poussée. la peur. elle est en chacun, aussi. je m'exprimais d'un ton égal et calme. je le faisais depuis la part de moi qui tient le plus à tout ce qui s'est ouvert ici, ouvert parmi chacun/tous, dans l'ensemble. le vous vous était proche et sans doute trop proche. et je parlais pourtant du monde et de ces horreurs dont la peur est le moteur — la peur, la colère, le non-dit, l'envie, les noirs mousquetaires qui mènent des foules et des peuples à la sauvagerie la plus abjecte. je parlais de toi que j'aime tant. et puis de toi aussi, qui monte au plafond, t'énerve. et puis à toi dont l'exaspération me fait sourire. je me demande dans combien de mois la troisième guerre mondiale commencera. je parlais du coeur des humains, ce qu'il en reste, parce qu'il en reste bien de cette part essentielle de l'être. nous ne savons rien, ou peut-être quand on frôle la mort. alors peut-être. parce qu'il n'y aurait plus lieu d'avoir peur. ni raison. je parlais sans doute également d'un regret. la peur, elle s'agrippe depuis les tripes jusqu'au visage. tous tes visages. vous. toi. nous tous. elle corrode. l'essence de ce que tu es, la peur la fume. mais je te parlais à toi. parce que je t'aime. vous...

Fil complet :