Le garçon d’ascenseur

par Soledad, samedi 12 octobre 2019, 09:33 (il y a 37 jours) En réponse à seyne

Bonjour Annie, bonjour Seyne.
Merci beaucoup à toutes les deux
Julio Cortazar prétendait que le fantastique surgissait dans des parenthèses du quotidien.
Une clinique, un malade qui prend l'ascenseur dans un pays où il existe encore des garçons d'ascenseur. Ça aurait pu se passer au Mexique ou en Afrique du Sud. Deux personnages au fond de la cabine qui n'en sortent jamais. Le narrateur qui découvre un être difforme et la sensation d'avoir guéri une partie de son âme à la suite de sa rencontre avec la monstruosité.
S'il n'y a pas d'escalier qui mène au troisième, c'est peut-être qu'il n'y a pas besoin d'y aller au fond. Comme dans un pèlerinage, tout se passe pendant le trajet, la destination importe peu.
Le style...mais encore ? Je ne sais quoi répondre. Dit comme ça, c'est une remarque qui me semble hermétique.

Fil complet :