[ avoir-être ]

par catr @, mardi 10 octobre 2017, 21:03 (il y a 67 jours) En réponse à catr

une pierre taillée dort dans son ventre —
combien de pieds — poids et impactes des passages
montant descendant rue de la consolation les roses
éternellement grises festonnent les façades — rincées
d'averses qu'on ne sait plus si eau de mer ou nucléaire
— et au-devant desquelles les vivantes frémissent...








un matin plonger mon visage tout entier dans le visage enfin éclos de la rose que j'aie attendue
m'y cajoler les joues le front, le nez dans son coeur, l'embrasser, laper son eau — rire dire Bonjour ! à chacun, à tout !

grimper la rue les pavés dans la fine brume mêlée d'soleil — être — grimper la joie, grimper le matin
goûter la fleur en lui sucrant deux pétales, puis la menthe, le cèdre et
l'écrire dans mon corps être l'écrire dans mon coeur être — soi en tout lieu — vie







je ne touche pas la pierre, pas encore
elle dort dans sa chemise sale de papier froissé
sur le bois blond du plancher
j'ai posé dessus le fruit rond du platane
intact
comme la joie

Fil complet :