Une personne endormie plus belle que la moyenne (suite)

par Rémy @, vendredi 12 mai 2017, 00:44 (il y a 192 jours) En réponse à Rémy

- Puisse-t-elle jouir d'un esprit aigu d'analyse qui, toutefois, ne nuise ni à l'intuition ni à l'inspiration, déclara la deuxième.
- Puisse-t-elle jouir de dons certains pour les mathématiques, dit la troisième - et ainsi de suite jusqu'à la dernière.
Mais - oubli ou superstition - le roi n'avait pas invité le treizième membre de cette sororité magique. Humiliée par cette rebuffade, celle-ci s'était glissée subrepticement dans l'assemblée et se tenait dans l'ombre, remâchant son ressentiment. N'y tenant plus, elle fendit la foule et, arrivée devant ses sœurs, exprima ses sentiments :
- Alors, vous croyez qu'avec toutes vos bénédictions, vous allez créer une personne parfaite ? C'est compter sans moi !
Elle marcha d'un pas ferme jusqu'au berceau royal et s'adressa à la minuscule Rosamonde :
- Puisses-tu, en grandissant, penser que tu ne seras jamais comblée sans un homme, puisses-tu placer dans ton mariage des espoirs illusoires de perfection et de bonheur total, et devenir und ménagère cafardeuse, insatisfaite et frustrée !
Effarés, ils en restèrent tous bouche bée. Comment quelqu'un pouvait-il être à ce point ignorant de la morale en cours pour souhaiter à un enfant sans défense un destin aussi terrible ? La treizième sœur gloussa d'une façon proprement démente et, faisant fi de toutes les prières de rester qu'on lui adressait afin d'éclaircir leurs différends, disparut dans l'ombre.
Heureusement pour la petite Rosamonde, la treizième magicienne avait depuis longtemps récusé le raisonnement empirique scientifique et, en conséquence, ne savait plus compter. Cette sorcière vengeresse n'avait pas compris que la douzième magicienne n'avait pas encore donné sa bénédiction à l'enfant. Si cette sœur, bonne et sage, ne pouvait défaire ce qui avait été fait, elle pouvait au moins atténuer les terribles rigueurs de cette épouvantable malédiction. Elle alla vers la pré-adulte et lui dit :
- Quand tu atteindras l'âge de la puberté, tu te piqueras le doigt avec la pointe d'un fuseau et tu t'endormiras pour 100 ans. D'ici là, les hommes seront peut-être plus évolués et tu auras moins de mal à trouver un compagnon-de-vie progressiste et sur qui on peut compter.
Toutes ces bénédictions, malédictions et réfutations surnaturelles avaient effrayé le roi au point que, craignant pour sa fille, il avait ordonné la destruction de tous les rouets du royaume. Dépourvus de moyens de tisser, ses habitants se virent dans l'obligation d'inventer de nouvelles façons de réutiliser les vieux vêtements, ce qui eut pour effet de réduire la consommation pour la frime et de diminuer d'autant le poids des déchets enfouis sous terre.
Les années passant, Rosamonde était devenue une jeune femme intelligente, compatissante et capable de se prendre en charge. Qu'elle ait été aussi physiquement séduisante n'entre pas en ligne de compte, et d'ailleurs dépend entièrement de l'idéal de beauté de chacun. Cela perpétuerait également le mythe qui veut que toutes les princesses soient belles, et que cette beauté leur confère un droit sur autrui. Par conséquent, je vous en prie, ne faites même pas allusion au fait qu'elle avait un look du tonnerre.
Un jour que ses parents participaient à un séminaire pour apprendre à libérer leur "moi paysan" et étaient donc absents, Rosamonde se mit à explorer le château. Elle arriva devant un porche, qu'elle n'avait jamais remarqué auparavant, qui conduisait à un escalier en colimaçon montant au sommet d'une tour. Là, dans une petite chambre, elle trouva une femme temporellement avancée occupée à filer la quenouille.


(Ici de nouveau un saut de page stratégique.)

Fil complet :