Esprit de la fuite

par zeio, dimanche 14 mai 2017, 02:05 (il y a 191 jours)

PALIOXIS


D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours vécu en reptile, et n'ai fait que m'adapter, selon les situations et les êtres auprès desquels je me trouvais, ainsi que l'esprit de l'évolution et de l'adaptation des espèces l'ordonne à mes cellules. Rien que de très normal dans ceci, me suis-je toujours dit. Une chose est certaine : je n'ai jamais été corrigé ni incité à me comporter différemment. Cet agissement de métamorphe a l'avantage de plaire au grand nombre, je donne à chacun de ce qu'il attend de moi, ayant développé à un degré peu commun ma capacité à détecter et à répondre avec précision au désir de l'autre, il est aisé pour moi d'enchanter, de mettre à l'aise, de rendre heureux voire vivant en certaines occasions. En ma compagnie, chacun a le sentiment de se trouver en territoire familier. En retour, je demande finalement pas grand chose, sinon qu'on me foute la paix. En parallèle au développement de ma capacité d'adaptation j'ai aussi cultivé à l'extrême l'esprit de la fuite. Je m'explique : un chuintement un tant soit peu bizarre suffit à déclencher instantanément un mouvement réflexe prodigieusement bref et efficace, mais n'étant pas hérisson, je ne suis pas en mesure de me rouler en boule, je me précipite donc vers un point de sortie, repéré inconsciemment depuis belle-lurette, saisi le temps d'un éclair, je m'y engouffre avant que quiconque ait compris de quoi il en retourne précisément. Il va de soi que la fuite peut prendre toutes les formes mais la plus énigmatique, la pointe extrême de mon art, c'est la fuite à l'intérieur de mon âme. Vous ne comprendrez pas ceci. Sachez que je ne le comprends pas non plus, si cela peut vous rassurer, non seulement sur ma santé mentale, mais surtout sur la votre. On peut donc affirmer sans crainte de se tromper que j'ai été éduqué à la façon des reptiles. Assez récemment pourtant je réalisais qu'il ne m'était plus guère utile d'étirer la langue afin de capter dieu sait quelles hormones ou odeurs dans l'air frais du matin. Je découvrais qu'il ne m'était pas indispensable non plus d'exercer mon repos et le rehaussement de la température de mon corps, appuyé contre un rocher, enveloppé dans les rayons chauds et bienveillants du Soleil. Mais la découverte la plus récente et la plus formidable, le sublime achèvement de mon existence de reptile est celui-ci : à la suite de cette nouvelle métamorphose, j'achevais de concevoir qu'il ne m'était plus nécéssaire de prendre la fuite. Я]ф


(Ce dernier mot cryptique, c'est le chat qui l'a composé, en marchant sans gêne aucune sur mon clavier. Je lui laisse donc le mot de la fin.)

Fil complet :