Esprit de la fuite

par Rémy @, mercredi 17 mai 2017, 00:19 (il y a 131 jours) En réponse à zeio

Ça ne m'a pas fait rire.

Moui, tu y as mis des reptiles, pas un reptile... Mais je trouve que tu leur as ôté trop de reptilité : un caméléon qui ne change pas de couleur et qui ne louche pas sur une mouche, ça ne parle pas tellement. Il faut bien voir que ce n'est pas pour se protéger des chats sauvages que les caméléons reluquent de partout (pour ça ils font confiance à leur camouflage), c'est pour guetter les insectes. Chlurp. Sans timidité ni hésitation.
À propos de parler : le coup de la langue tâteuse, c'est sûrement un varan ! Un énorme de Komodo, vorace, dragonesque, terrible, dangereux, fétide et empoisonné ! C'est pas lui qu'a peur, c'est le lecteur. Et quand bien même on reconnaîtrait à cette langue, pour te faire plaisir, un petit serpent de rien du tout : même petits, ils sont venimeux, et ce qu'ils cherchent, fourchus et insidieux, c'est des proies bien chaudes à engloutir goulument et sans états d'âme, pas des cachettes. Le reptile est vif mais pas craintif. Alors que ton gars, là, ç't'un couard sans queue qui ne happe rien.
MOI ! Qui suis un véritable reptile authentiquement reptilien ! de quatre mètres de long, dont un mètre de gueule pleine de dents, allongé parfaitement immobile au bord de l'eau et au soleil, tapi, certes, mais souriant et les yeux bien ouverts, à guetter tout en digérant, je BONDIS étonnament haut et voilà, gnap, ton négrillon peut toujours essayer d'aller frétiller dans le fond de son âme, j'en mange une moitié tout de suite et je mets l'autre à faisander pour dimanche. Ça lui apprendra à se croire reptile et à ne pas penser au crocodile.

Fil complet :