Fin de vie, faim du monde

par seyne, mardi 04 juin 2019, 18:34 (il y a 74 jours) En réponse à soledad

Oui, je sais bien, je te disais que chacun a tendance à proposer sa propre façon d'écrire. Je me suis demandé honnêtement si c'était le cas dans ce que je te renvoyais...il n'y a pas d'étalon-or du style, heureusement. Quant aux thèmes de ces textes, je les trouve tout à fait beaux et riches et ta façon de les traiter en une sorte de mosaïque dont les touches sont à la fois sensorielles et réflexives me convient tout à fait.


Non, c'était plutôt une réflexion sur la question de l'intensité et de la justesse que je voulais te proposer. Pour moi , tu recours trop à certains mots qui "saturent" et affaiblissent plutôt le texte. Je t'en donne une série tirée de la première partie :

Interminable
s’abattant sur l’enclume
déferlante
ronronnements circulaires du temps.
suffoquent,
battements du sang contre leurs tempes.
Ecarlates,
l’infini rail blanc
jusqu'aux limites du regard.
transpirent le fouet,
l’ignominie.
l’empreinte indélébile
puissants
arrachés,
hagard
anéantissement.
transpirait le vide
cécité et l’inconscience,
tâtonnent
...etc.

Pour moi c'est trop.


Il y a aussi il me semble trop de notations qui insistent sur l'absence de spiritualité dans la vie moderne, matérialiste. Ou peut-être est-ce un peu un lieu commun sur lequel tu appuies trop lourdement ( je n'ai rien contre les lieux communs, qui disent des choses souvent très justes et essentielles, mais ils demandent beaucoup de légèreté et de subtilité).

mais bon, je te corrige comme je me corrigerais, c'est sans doute un tort.

Fil complet :